Fan service par ci, fan service par là ?

Aaaah, le fan service, un mot présent sur toutes les bouches, usité de tout le monde sans réellement en connaître son sens. Je ne vais pas ici vous donner une définition exacte de ce terme (faudrait-il déjà que cette définition « exacte » existe), mais plutôt mon approche et mon point de vu sur ce terme un peu trop employé à toutes les sauces selon moi.

oukilébo le fanservice - High School DxD New
oukilébo le fanservice – High School DxD New

La courte définition de ce terme, sur Manganews, je ne l’apprécie guère car manquant cruellement de discernement à mes yeux. Il est dit que le fan service (ou fanservice, ou fanserv) est une technique qui consiste « à rajouter des éléments coquins, voire érotiques au sein d’un récit alors que ça n’a pas réellement lieu d’être ». Cela serait plutôt le sens commun que la majeure partie des gens utilisent, à mauvais escient. La définition de Wikipédia est plus intéressante, car elle va un peu plus loin « Le fan service peut se manifester de bien des manières et peut être aussi bien subtil que vulgaire, s’intégrer de manière harmonieuse dans le récit ou être totalement déplacé. Il peut englober indifféremment des références ou clins d’œil destinés aux fans, des plans rapprochés sur l’anatomie des personnages féminins, des situations ambiguës entre deux personnages (du même sexe ou non) ou tout autre plan ou scène susceptible de raviver l’attention des fans ». J’aime particulièrement ce dernier point « raviver l’attention des fans », en effet, pourquoi limiter cela aux seules connotations sexuelles ? Il n’y a que des pervers en rut parmi les consommateurs d’animes ? Il ne faut pas aller trop vite en besogne.

D’ailleurs, si l’on s’en tient au sens strict de « fan » / « service », on comprend bien qu’il s’agit là de rendre d’une certaine manière, un service au fan. De lui donner quelque chose qu’il attend. Si en effet, ce dernier attend de voir des jeunes filles en uniforme scolaire, très court, laissant entrevoir des culottes, alors oui, cela est fan service. Mais d’un autre coté, si ce qu’il souhaite voir, ce sont des mécha bien balaises qui découpent des têtes, laissant voir de l’hémoglobine à foison, alors là aussi, nous avons affaire à du fan service.

oucékilay mon fanserv ? - Clannad After the Story
oucékilay mon fanserv ? – Clannad After the Story

Prenez également l’interrogation que nous pose mon ami Gemini ; « Love Hina de Ken Akamatsu : est-il rempli de fanservice, ou bien son omniprésence de filles en petites tenues fait-elle partie de son identité même ? » intéressant non ? C’est un peu comme la série des Monogatari de SHAFT. L’exemple peut sembler mauvais venant de moi, avec mon avis corrompu par mon amour de la licence. Mais ne croyez-vous pas que cela fait partie d’un tout ? D’une esthétique générale que donne SHAFT à cette œuvre ? La connotation très négative du mot fan service ne permet pas cerner ce dernier convenablement. Son utilisation est devenue telle, qu’il finit par ne plus rien désigner et par conséquent, ne plus rien dire. C’est un peu comme le terme « design » (dans un autre domaine certes), qui mériterait lui aussi un article dédié.

cèdufanservssa ? - Bakemonogatari
cèdufanservssa ? – Bakemonogatari

Alors au final, le fan service, qu’est-ce donc ? Du simple racolage de plans à petites culottes ? Une pratique purement commerciale, visant à vendre ce que veut celui derrière son écran ? Ou au contraire une esthétique permettant d’ouvrir de nouveaux champs ? Si vous avez un avis sur la question, je vous écoute en commentaire !

Bises.

Esenjin ⚜ San[gigi] Écrit par :

Rédacteur du site. Fondateur de « Camelia Studio » & de « Mag'zine ». Passionné d'arts et de culture. Se pose trop de questions. Membre de la mafia nantaise. Fortement fan de Monogatari Series, ShinsekaiYori & Ghost in the Shell.

2 Comments

  1. 7 décembre 2014
    Reply

    Aaah le fanservice ! Sujet de long débat lorsque deux personnes ne sont pas d’accord sur ce terme !
    Moi je le vois comme tu l’as écrit dans l’article : c’est un outil commercial pour vendre la série, en se mettant au service des fans : connotation sexuelle, du gore, des mechas, des voitures et j’en passe !
    La question qu’on se pose effectivement : Quand doit on considérer que c’est du fan service ou non ? Je pense avoir une partie de la réponse :
    Prenons No Game No Life : Un moment dans la série, lors d’un duel, tout le monde fini nue, et on a le droit sur des gros plans ect… Fanservice de façon ecchi donc. Mais curieusement, en tant que spectateur, je n’ai pas relevé ce côté ecchi, car ça faisait partie intégrante de l’histoire, et ça ne m’a pas gêné. C’est pas comme si c’était rajouté juste pour faire plaisir, comme on a le droit dans Yuushibu….
    En gros, si le certaines scènes pouvant être interprété comme du fanservice font partie intégrante à l’histoire, et qu’on ne peut pas y échapper, c’en est pas. Si c’est mettre des mecha qui se battent pour rien, qui plus est qui est un anime ecchi et avec un mec et son harem et une histoire qui ne tiens pas la route malgré de bon graphisme, c’est clairement un anime commercial rempli de fanservice. Ah, tiens ça me rappel Infinite Stratos ça…

  2. KittysCats
    20 décembre 2014
    Reply

    Bon, posons nous là !
    N’étant pas grande fan de ecchi (et pourtant j’en ai vu quelques uns !), le mode « racolage » de certain fanservice m’a parfois incitée à passer mon chemin. Mais je trouve, comme toi Gigi, assez « castrateur » (excusez-moi du terme, si j’en trouve un meilleur pour l’image que j’en ai, j’éditerais mon commentaire) de limiter cette notion à l’ecchi.
    Je pense comme toi que le FanService, c’est au service des fans. Si certains studios abusent au détriment du scénario d’un anime (enfin j’ai surtout vu ce genre d’abus avec l’ecchi), d’autres jouent le jeu en faisant des « fausses » plages pubs avec des plans figés et pas que pour les animes ecchi, voire en incluant le fanservice exclusivement dans les opening et ending pour ne pas perturber le scénario.
    Après, quand on est totalement fan d’un genre, est-ce bien dérangeant ? Je prendrais l’exemple du Yaoi, ou juste du Shonen-Ai, pour ne pas heurter les âmes sensibles. Un Yaoiste va « s’extasier » non pas sur une « petite culotte » mais sur un « bisou » esquissé ou simplement suggéré, tout comme dans n’importe quel anime de type romance, seuls les protagonistes changent., donc on pourrait également traité ce genre de scène comme du fanservice :=)
    J’avouerai que les plans « figés » tant qu’ils ne sont pas trop nombreux me dérangent moins que du fanservice intégré dans le scénario mais tombant comme un cheveu sur la soupe et que je préfère encore les voir « animés » dans les opening et ending qu’en plein milieu d’un anime, là aussi si cela n’a aucun rapport avec le scénario.
    Après, lorsqu’on regarde un genre particulier (meccha, fantastique, yaoi, yuri, horreur) et qu’on tombe sur une scène ou plusieurs scènes qui n’ont aucun rapport comme dans l’exemple d’Ophy, peut-on encore parlé de fanservice ?
    Comme tu le soulignes Gigi, c’est censé être aux services des fans ! Personnellement, si je trouve du pseudo fanservice ecchi sur un anime fantastique (par exemple), ça me fait rager… Après, si dans l’histoire il y a une romance sous-jacente, ou qu’un des personnages est un pervers patenté, cela pourrait se justifier tant que cela ne nuit pas au scénario 😉
    Donc, pour moi, l’usage péjoratif du mot fanservice est totalement dû à certains studios qui abusent de cette notion pour tenter de cibler un public trop large et du coup perdent, à mon sens, l’appui du public initial. Encore une fois, j’ai surtout vu ce genre d’abus avec des animes qui se veulent « ecchi »… et pourtant la perversité existe partout, donc ne devrait-on pas plutôt se poser la question sur la santé morale (ou mentale) de ceux qui nous imposent ce genre de daube et laisser aux fans le libre choix de trier entre l’intox et le vrai service..

Laisser un commentaire